Delphine Ndayisenga : « Si je savais que la solution était à la portée de mes mains » !

Elle s’appelle Delphine Ndayisenga. Elle vit à Gabiro ; zone Gitaza de la province de Rumonge depuis sa jeune enfance. Delphine est mère de trois enfants dont Guérison, son unique fils. D’une hospitalité légendaire, elle accepte de nous recevoir chez elle et de témoigner des bienfaits du Programme Appui au Développement Rural Durable pour la Nutrition, mis en œuvre par la Croix-Rouge du Burundi sur financement de l’Union Européenne.

L’histoire de Delphine se passe à Gabiro, son village natal. Gabiro, c’est tout près du lac Tanganyika. Depuis la maison de Delphine jusqu’au lac, c’est un trajet ne dépassant pas 15 min. C’est cette proximité avec le lac qui a jadis permis à Delphine et à sa famille de se procurer toujours de petits poissons, consommés généralement avec la pâte de manioc, raconte Delphine. Tout compte fait, le menu quotidien de Delphine comme celui de ses voisins, ne manquait jamais de Ndagala (petits poissons) ! C’est la spécialité de Gitaza.

Guérison est l’unique fils de Delphine. Un garçon né après ses deux sœurs, et pour ceux qui ont côtoyé la culture burundaise, ils en savent quelque chose ! Et pour le chouchouter, Guérison avait droit à sa part quotidienne de pâte de manioc de petits poissons, même en période de pénurie ! Bonne idée, pense Delphine. Et pourtant, la famille de Delphine est parmi les familles aisées de la région. Lors du passage de l’équipe de suivi, il était facile de le remarquer ! légumes, maïs, poule, … bref tout ce qu’un enfant pourrait avoir besoin pour mieux se nourrir. Malheureusement, Guérison ; « l’enfant chéri » sera dépisté malnutri modéré. Incroyable pour Delphine : « c’est l’enfant le plus gâté qui est tombé malade ».

Rejoindre le foyer d’apprentissage et de réhabilitation nutritionnelle ? C’est la proposition qui lui a été faite par « Maman Lumière ». Non ! Dira Delphine. Les foyers d’apprentissage et réhabilitation nutritionnelle étaient jusque-là considérés comme réservés uniquement aux pauvres.

Comme il n’y avait pas d’autres solutions qui s’offraient à elle, elle a été contrainte d’amener Guérison dans le foyer d’apprentissage et de réhabilitation nutritionnelle, encadré par les Mamans lumières . C’est là qu’elle a appris pour la première fois les notions d’équilibre alimentaire. Durant 12 jours, Delphine a appris à constituer un repas équilibré pour son fils. Grâce à Maman Lumière, Guérison a recouvré la santé. « Finalement, les légumes ont servi à restaurer la santé de mon fils ». Joyeuse, elle lancera : « Si je savais que la solution était à la portée de mes mains » ! Et pour résumer son allégresse : « Merci à la Croix-Rouge et à l’Union Européenne »

Vous pouvez partager l'article sur

You May Also Like