Les élus du peuple sensibilisés sur l’importance de la protection de l’emblème Croix-Rouge…

Le Secrétaire Général de la Croix-Rouge du Burundi, Monsieur Anselme KATIYUNGURUZA, entretenait les députés sur l’importance de la protection de l’emblème Croix-Rouge, dans un atelier organisé par le CICR ce 30 juillet 2018 à Bujumbura.  »S’il est abusé, à travers l’imitation, l’usurpation ou la perfidie, l’emblème Croix-Rouge peut être destructeur », a dit Anselme KATIYUNGURUZA. Et d’ajouter que l’emblème Croix-Rouge protège et sauve des vies s’il est utilisé par la Croix-Rouge.

Le propos du Secrétaire Général était motivé par le fait que pendant la Crise sociopolitique de 2015, des particuliers ont abusé de l’emblème Croix-Rouge pour des fins qui leur étaient propres.  »Je saisis l’occasion pour démentir la rumeur selon laquelle, la Croix-Rouge du Burundi soutenait une quelconque partie en conflit car l’impartialité, la neutralité et l’indépendance guident toutes nos interventions », a-t-il clarifié.

Notons que le projet de loi sur la protection de l’emblème était sous analyse dans le conseil des ministres du 25 juillet 2018.

Accord-cadre de partenariat entre le Gouvernement et la Croix-Rouge du Burundi…

L’accord-cadre de partenariat entre le Gouvernement et la Croix-Rouge du Burundi était au menu de l’atelier organisé par le CICR à l’endroit des députés. C’est Madame Chantal BAKAMIRIZA, Présidente de la Commission Diplomatie Humanitaire du Comité National de la Croix-Rouge du Burundi, qui a développé le sujet. L’accord-cadre en question date du 17 septembre 2014 et définit clairement les relations de partenariat entre les deux parties. Ce document juridique est venu en complémentarité à l’arrêté Ministériel de 1963 tombé en désuétude.

Les élus du peuple se sont rendus compte du lien fort qui existe entre les pouvoirs publics et la Croix-Rouge du Burundi à travers l’accord-cadre de partenariat. En effet, en vue de mieux matérialiser ce lien, ledit accord-cadre place la Société Nationale sous la tutelle du ministère ayant les relations extérieures dans ses attributions.

Du coup, la Croix-Rouge du Burundi bénéficie de l’exonération totale d’impôts, droits et taxes sur un certain nombre de produits et articles pour faciliter son action humanitaire. Bien plus,  » en vertu des conventions de Genève et des lois pertinentes en vigueur au Burundi, le Gouvernement burundais s’engage à faire respecter l’emblème du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge ». Il va sans dire que la Croix-Rouge du Burundi s’engage à respecter scrupuleusement les Principes Fondamentaux du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et bien évidemment les lois et règlements en vigueur au Burundi.

Rappelons, à toutes fins utiles, que le Burundi est partie prenante aux conventions de Genève de 1949 et à leurs protocoles additionnels de 1977.

Vous pouvez partager l'article sur

You May Also Like