Large sensibilisation sur les Violences Sexuelles et Basées sur le Genre

Ce jeudi, 2 Août 2018, les volontaires de la Branche de Bujumbura Mairie ont organisé une séance de cinéma mobile. Les projections ont eu lieu dans la zone de Buyenzi, près du marché Ruvumera.  C’est dans le but d’une large sensibilisation sur les violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG) à l’aide du cinéma.

A Bujumbura, le cinéma mobile est utilisé pour sensibiliser les populations sur divers défis de santé publique, de droits humains et de l’environnement.

Les volontaires de la Croix-Rouge en Mairie de Bujumbura ont ouvert la séance avec une série de questions sur les VSBG. Une sensibilisation faite en langue nationale, le Kirundi, pour toucher le plus grand nombre de gens. Devant le marché de Ruvumera, une population hétérogène était au rendez-vous : jeunes, vieux, femmes et enfants.

Par ce jeu de questions/réponses et dans une ambiance conviviale, les volontaires de la Croix-Rouge ont eu l’occasion de donner une définition visant la compréhension des violences Sexuelles et basées sur le genre, des messages sur les formes de VSBG, les conséquences fâcheuses des VSBG. Le public a aussi eu droit aux informations en rapport avec les centres de secours pour les victimes des VSBG.

Les témoignages francs et ouverts de plusieurs personnes en place prouvent que le cinéma mobile est un outil de communication très efficace. «Grâce aux images du cinéma mobile, j’ai enfin compris les formes des violences sexuelles et basées sur le genre. Je crois même être capable d’en parler aux voisins qui n’étaient pas ici», a laissé entendre Madame Aïcha, mariée et mère de deux enfants.

« Je remercie de tout cœur la Croix-Rouge, les efforts de ses volontaires en Mairie de Bujumbura pour ses messages qui bâtissent les ménages. Nous avons appris beaucoup de ces images. Et, je saurai référer les victimes. J’ai pu retenir au moins trois centres d’accueil : l’hôpital de la Croix-Rouge se trouvant à kinindo, Centre seruka à kigobe, centre de santé kamenge, surnommé chez Ntiba… »,  s’est exclamée Madame Sarah Mayi de la zone urbaine de Buyenzi.

Vous pouvez partager l'article sur

You May Also Like