Alphonse : Une vie, une histoire…

La colline de Mivo est l’une des collines surplombant le marais de Mugombwa –Mugonera qui bénéficient de certaines actions d’amélioration des moyens de subsistance des populations dans le cadre de l’action « Amélioration de la Gestion Rationnelle des Ressources dans les communes de Mabanda et de Makamba. Cette colline a, entre autres, vu naitre Kabura  Alphonse. Agé aujourd’hui de 45 ans, il vit avec sa femme et ses 6 enfants en âge de scolarité.

«Quand la Croix-Rouge est venue sur notre colline pour nous exposer les motifs de son action, j’ai tout de suite adhéré et je me suis engagé à apporter ma contribution aussi minime soit-elle », avoue-t-il. Et d’ajouter qu’ils ont commencé avec 3 pépinières des plants  d’arbres agro-forestiers. « Ces arbres, continue-t-il, nous les avons plantés dans nos champs, et sur des collines qui en avaient besoin. L’arbre nous sert dans beaucoup de choses. Nous nous en servons pour bâtir nos maisons, comme bois de chauffe et surtout moi, je m’en sers  dans mes champs de haricot volubiles.»

« Lors des différentes formations, nous avons appris différentes techniques pour tracer des courbes de niveau et protéger nos terres de l’érosion. Dans mes plantations j’ai  15 courbes de niveau qui totalisent plu de 1000m. En techniques culturales nous avons appris comment planté le haricot et le mais car nous avions l’habitude de les semer en même temps et en vrac ».

Le haricot produit lui sert de consommation avec les légumes du jardin de cuisine. Avant, témoigne-t-il, je croyais que consommer des légumes était seulement destiné aux femmes et aux enfants. Maintenant j’ai compris que ces légumes sont nécessaires à toute personne quelque soit son âge et  le genre auquel l’on appartient. Du coup, j’ai aménagé un jardin de cuisine et ce dernier offre deux avantages à savoir : il prend moins de place et on peut y planter différentes sortes de légumes».

Et de conclure : « Je suis un paysan modèle pour 10 ménages qui m’entourent. A ceux –là j’ai promis de toujours les accompagner dans leur progrès  car les connaissances que j’ai, je les ai reçues gratuitement et je les transmettrai gratuitement. » Telle est la promesse d’Alphonse Kabura envers ses voisins.

Vous pouvez partager l'article sur

You May Also Like