MISE EN PLACE DES EQUIPES DE PREMIERS SECOURS : UN IMPERATIF EN  MILIEU DU TRAVAIL BURUNDAIS

La Croix-Rouge du Burundi conjointement avec la Confédération des Syndicats du Burundi (COSYBU) et sur partenariat de la Croix-Rouge française a célébré ce 24 Mai 2024 la Journée Mondiale de la santé et sécurité au travail. Habituellement, elle se célèbre le 28 Avril de chaque année mais elle a été reportée suite au conflit d’agenda. Les représentants des travailleurs et des employeurs invités à cette journée ont échangé sur les défis liés aux conditions sanitaires et sécuritaires en milieu de travail et proposé des solutions.

 Mélance Hakizimana, vice-président de la COSYBU reconnait les risques qu’encourent les travailleurs et déplore l’implication limitée des employeurs et l’absence de certains outils de protection. Il évoque ici l’absence d’une politique nationale de santé et sécurité au travail, le manque de médecins spécialisés dans ce domaine, etc… Pourtant, précise-t-il, les accidents et les maladies professionnels sont fréquents et les employeurs ont l’obligation morale et légale de protéger leurs employés.

La Croix-Rouge du Burundi est disposée à engager des discussions avec tous les partenaires sociaux pour former des équipes de secours en leur sein conformément à L’Accord-Cadre de partenariat signé avec le Gouvernement du Burundi. En son article 10 cet accord stipule que : « Dans le cadre des compétences reconnues à la Croix-Rouge du Burundi en matière des premiers secours, le Gouvernement du Burundi s’engage pour la formation obligatoire en ce domaine des conducteurs des véhicules de transport en commun, des véhicules utilitaires ainsi que dans les entreprises dont l’effectif du personnel est égal ou supérieur à 50 employés. Le gouvernement s’emploiera à faire respecter la présence d’une trousse de secours dans tous les véhicules et les entreprises ».

Etienne Ndikuriyo, directeur des relations publiques à la CRB précise que les équipes formées par la Croix-Rouge pourront administrer les Premiers Secours à une personne qui est dans le besoins en attendant son évacuation vers les structures des soins.

Il souligne que malgré ce défi, la CRB est entrain de sensibiliser les partenaires sociaux sur l’intérêt des Premiers Secours en milieu de travail pour que à leurs tours ils puissent répercuter cette information dans leurs organisations respectives. Par la suite, ajoute, Ndikuriyo, les experts de la CRB en ce domaine vont former et discuter sur les modalités de mise en place de ces équipes. SAVONOR, une des entreprises bénéficiaires de cette formation témoigne de la valeur ajoutée de ces équipes de secours. Dr Alida Niyongere, une des cadres de cette société donne l’exemple d’un cas d’accident où une victime est blessée. Selon elle, le secouriste peut lui administrer les gestes qui sauvent et ainsi arrêter l’hémorragie en attendant l’arrivée aux structures de soins. Sinon, la perte de sang peut conduire à la mort certaine de la victime.

Les participants ont compris l’importance des équipes de secouristes en milieu de travail et ont manifesté le besoin d’une formation en la matière dans leurs services respectifs.