Célébration de la Journée Mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge

Le 8 mai de chaque année, le monde entier célèbre la journée Mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. À cette occasion la Croix-Rouge du Burundi s’est jointe au reste du monde pour fêter  la naissance d’Henry Dunant, fondateur du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Le thème retenu cette année  est : « Qu’est-ce que vous aimez de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge »

A l’instar des Branches, le niveau central de la Société Nationale s’est associé aux volontaires.  Lors d’une déclaration  conjointe  Croix-Rouge du Burundi-CICR, le président de la Croix-Rouge du Burundi est revenu sur le travail inlassable des volontaires dans la lutte contre le paludisme, le VIH/SIDA et la Tuberculose ainsi que d’autres défis sanitaires. 14 mille volontaires sont formés dans la lutte contre ces trois maladies.  Le vaste réseau de 600.000 volontaires, répartis dans tout le pays, s’attèlent à la  préparation et à la réponse aux urgences, la  promotion de la santé communautaire, l’eau de boisson, l’hygiène et l’assainissement. Ces volontaires contribuent aussi à la consolidation de la cohabitation pacifique et la culture de paix,  l’assistance sociale et la santé économique des ménages.

Bien plus, la Croix-Rouge du Burundi demande aux autorités burundaises d’instaurer une loi protégeant l’emblème de la Croix-Rouge au Burundi. Cette loi permettrait aux seules instances habilitées à l’utiliser et d’éviter ainsi toute confusion en situation d’urgence. « La sécurité du personnel Croix-Rouge ainsi que l’accès à toutes les victimes en dépend », a souligné Pamphile Kantabaze.

La Croix-Rouge reste engagée à mettre en œuvre l’approche Ménage Modèle, parce que, dit le Président de la Croix-Rouge du Burundi, « tout développement durable commence par le ménage. » Il invite les communautés à exprimer clairement ce qu’elles aiment de la Croix-Rouge et à proposer aussi les voies d’amélioration.

Quant au chef de délégation du CICR, le CICR œuvre au Burundi pour améliorer les conditions de vie des personnes détenues en collaboration avec l’administration pénitentiaire et les autorités judiciaires. Le CICR a mis un accent sur l’accès à l’eau potable à travers des réhabilitations de points d’eau. « Un effort particulier est aussi fait dans la promotion des règles du Droit International Humanitaire auprès des Forces Nationales de défenses du Burundi qui sont régulièrement déployées dans les missions de maintien de la Paix, » a ajouté Philippe Beauverd.

Vous pouvez partager l'article sur

You May Also Like